Prix 3G Nedjma : 3000DA/mois

vendredi 4 octobre 2013
Les Algériens qui rêvent d’utiliser enfin la 3G devront patienter uniquement quelques semaines. Au début du mois de décembre prochain, l’opérateur Nedjma proposera à la vente une première clé 3G avec abonnement à 3.000 Da par mois, a-t-on appris de sources proches de cet opérateur de téléphonie mobile. 
Cette clé 3 G sera commercialisée et vendue en grande quantité, a assuré notre source d’après laquelle tous les abonnés Nedjma qui utilise d’ores et déjà la clé N’ternet, une clé internet mobile, bénéficieront automatiquement des services de la 3 G car leurs clés seront configurées pour disposer d’un débit 3G. “Les abonnés devront s’acquitter uniquement des frais de migration, à savoir le passage de la 2 G à la nouvelle offre, la 3 G”, a indiqué encore notre source selon laquelle ses frais ne seront nullement chers. Quant aux autres clients désireux acquérir la nouvelle clé 3G, ils devront souscrire à un abonnement au tarif aussi avantageux de 3000 Da par mois sans compter le prix de la clé en question.
Des prix de services 3G raisonnables, c’est donc bel et bien possible en Algérie même si le tarif de 3000 Da par mois peut paraître exorbitant et inaccessible pour les bourses modestes. Sauf que la 3G couvrira, dans un premier temps, uniquement 4 wilayas, à savoir Alger, Ouargla, Constantine et Oran. Dans une deuxième phase, les autres wilayas du pays seront partagées entre les trois opérateurs en compétition, a-t-on appris de même source. Dans chaque wilaya, il n’y aura que le réseau 3 G d’un seul opérateur. Ainsi, si Sétif a été attribuée à Mobilis, les offres Nedjma ne seront pas commercialisées dans cette wilaya.

Cependant, les abonnés auront tout de même la possibilité de choisir leurs abonnements 3G de n’importe quel opérateur en ayant recours au roaming. Cette fonctionnalité permettra aux futurs clients de se connecter sur le réseau 3G de l’opérateur auquel ils vont s’abonner même si ce dernier ne couvre pas la wilaya où se trouve leur domicile. Mais pour l’heure, cette mesure n’a pas encore été adoptée, nous a-t-on indiqué car les opérateurs doutent de la faisabilité de cette procédure. La balle demeure donc dans le camp de l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT).

Source